Trouver une fatwa par theme

Q : Cher cheikh Muhammad Ibn Sâlih Al-cUthaymîn, qu’Allah vous protège. Que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur vous  : J’espère de votre excellence une réponse aux questions suivantes.


Les mass-médias invitent les gens, ces jours-ci, à prendre des actions dans la Riyadh Bank. Est-il permis de prendre des participations ?


Quel est le rôle des savants, des orateurs et des prêcheurs devant ce fait ? Quel est votre avis à propos du travail dans la Riyadh Bank ou les autres banques qui pratiquent les intérêts ?

 

 

 

 

R : Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur vous.

 

On sait que les banques reposent essentiellement sur les intérêts. Par exemple, elles prêtent 1000 et réclament 1200, ou elles empruntent 1000 et rendent 1200. Alors, dans cette situation, soit elles donnent l’intérêt, soit elles le prennent. Même si elle a d’autres activités qui ne font pas appel à l’intérêt, l’essentiel est qu’elles sont établies sur le principe de l’intérêt, c’est connu.

 

Par conséquent, il n’est pas permis de prendre des participations dans ces banques, conformément à la parole d’Allah le Très-Haut :

 

 

« Ceux qui mangent [pratiquent]de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au Jour du Jugement) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu’ils disent : « Le commerce est tout à fait comme l’intérêt. ». Alors qu’Allah a rendu licite le commerce, et illicite l’intérêt. Celui donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant ; et son affaire dépend d’Allah. Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement. * Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n’aime pas le mécréant pécheur. »[1]

 

 

 

Ces versets montrent clairement que l’intérêt est un péché interdit par Allah le Détenteur de la Royauté. A Lui Seul appartient le jugement et nous devons juger par sa Loi. Allah le Très-Haut a montré dans un autre verset que le fait de prendre l’intérêt est comparable au fait de déclarer la guerre contre Allah et Son Messager. Il dit :

 

« Ô les croyants ! Craignez Allah et renoncez au reliquat de l’intérêt usuraire, si vous êtes croyants. *  Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son Messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés. »[2]

 

 

 

Dans le recueil de Muslim, selon Jâbir Ibn cAbdillah, qu’Allah l’agrée, le Messager d’Allah, prière et salut d’Allah sur lui, a maudit celui qui prend l’intérêt, celui qui le donne, celui qui l’écrit et les deux témoins. Il a dit qu’ils étaient tous égaux dans le péché.[3] Et la malédiction signifie le bannissement et l’éloignement de la miséricorde d’Allah : c’est ainsi que les savants l’ont expliqué. Dans les versets et le hadith, la preuve est évidente que l’intérêt fait partie des plus grands péchés. Le hadith montre aussi que celui qui aide à écrire ou qui témoigne est maudit, au même titre que celui qui donne l’intérêt et celui qui le prend.

 

Par conséquent, le jugement concernant le travail dans n’importe quel domaine où l’intérêt est approuvé par écrit ou par témoignage est clarifié à la lumière de ce hadith.

 

Quant au rôle des savants et des prêcheurs, il consiste à éclaircir cette question et d’autres aux musulmans, afin de les avertir des conséquences. Ceci est un devoir et une lourde responsabilité, car Allah, qu’Il soit exalté, leur a donné la science afin qu’ils expliquent aux gens.

 

Nous demandons à Allah qu’Il nous aide ainsi que nos frères dans ce qui est de l’intérêt des serviteurs dans cette vie et dans l’au-delà.

 

 

 

  • Fatwa de cheikh Otheimine
  • du 9/07/1412 (H)

 

[1] La Vache, v. 275, 276.

[2] La Vache, v. 278, 279.

[3] Muslim dans le chapitre de la location des terres (1598).